passer le menu principal passer le sous-menu

Apprendre à s'adapter et s'adapter pour apprendre :

par Chad Lubelsky La fondation de la famille J.W. McConnell


L’ex-boursière en innovation sociale, Danica Straith, a récemment écrit un texte sur Le pouvoir de la vulnérabilité dans le cadre d’une réflexion sur ses expériences avec la fondation McConnell. Sa franchise sur la valeur de l’ouverture – même quand ça fait mal – m’a inspiré ce billet en partie.


Mon merveilleux et merveilleusement inspirant papa de 81 ans a fait plusieurs séjours à l’hôpital dans les derniers mois. Même si son état empire et que l’avenir est de plus en plus incertain, mon papa continue de s’adapter sans broncher à sa nouvelle situation.
Comme bien des hommes de sa génération, il s’attend à contrôler les choses; c’est pourtant une option de moins en moins réaliste pour lui. Même s’il est loin de se réjouir de tout ce qui lui arrive, il accepte généralement sa situation et fait de son mieux pour s’y adapter.
Je réagis visiblement de façon tout à fait différente. Par souci de contrôle, je m’acharne à forcer mes parents à adopter non seulement un plan, mais mon plan. Dans l’intérêt de tout le monde, il faut que j’apprenne à prendre du recul pour m’adapter à notre nouvelle situation. Heureusement, mon papa me montre des pratiques efficaces, comme d’admettre que ce qui fonctionnait l’an dernier, voire le mois dernier, ne fonctionnera pas forcément aujourd’hui.
Dans mon ardeur, mon désir et mon besoin d’améliorer les choses, je suis toutefois incapable d’appliquer à ma vie personnelle une vérité dont je connais la valeur dans mon travail – le succès dépend de la capacité de s’adapter à l’évolution du contexte. Intellectuellement, je sais très bien l’importance de s’adapter au contexte, mais j’ai encore des croûtes à manger dans la pratique. En prenant la peine d’observer l’exemple donné par mon père qui s’adapte à sa nouvelle situation, je vois l’occasion d’aiguiser ma faculté d’adaptation sur le plan professionnel.
À titre d’exemple, j’étais anormalement inquiet avant notre dernier appel du groupe de travail sur l’évaluation de RECODE. Ce groupe d’écoles de RECODE a participé à la création de notre plateforme du rapport de l’impact, pour laquelle nous avons consacré beaucoup de temps et d’énergie à recueillir, conserver et partager des données. J’avais peur qu’au moment de dresser un graphique des résultats nous soyons déçus en regard des efforts déployés. J’avais tort.


Commandée par La fondation de la famille J.W. McConnell, cette image fait partie d’une série créée par Adjacent Possibilities, qui met en vedette l’aquarelliste Carla Lipkin. La série complète sera lancée à une date ultérieure.
En octobre, RECODE lançait la Plateforme du rapport de l’impact et incitait ses titulaires de subventions à échanger des données en temps réel sur leurs succès à offrir des possibilités d’innovation sociale et d’entrepreneuriat social aux étudiants postsecondaires. Ce travail rigoureux misait sur les meilleures pratiques, mobilisant des experts dans le domaine. Cela permit à l’équipe de RECODE de faire deux constats : il est difficile de mesurer l’impact dans des systèmes complexes, mais c’est un outil très utile pour inciter les titulaires de subventions à communiquer avec la fondation, tisser des liens avec des projets connexes et développer une réflexion critique sur leurs activités.


J’ai été à la fois surpris et ravi de constater que le groupe était presque unanimement heureux de notre travail. Des écoles ont rapporté avec enthousiasme la façon dont leurs processus d’évaluation avaient fait ressortir des modèles et des apprentissages utiles pour relier des travaux apparemment disparates, et suscité des discussions qui ont mené à la création d’un langage commun et d’une capacité accrue d’affronter les difficultés.
Les écoles ont aussi souligné à quel point ces conversations et ces réalisations ont changé leur façon de travailler. Leurs observations m’ont fait réaliser que j’étais si obsédé par les résultats de notre travail d’évaluation que j’en oubliais la valeur du caractère continu et imprévisible de l’apprentissage (résultats).

Être attentif au voyage incite à envisager l’avenir.

Comme l’écrit l’ex-président de McConnell, Tim Broadhead : « L’innovation sociale est à la fois une destination – la résolution de difficultés sociales et environnementales complexes – et un voyage – la création de nouvelles approches qui mobilisent tous les intervenants, la mise en commun de leurs compétences et de leur créativité pour concevoir des solutions novatrices. »
Être attentif au voyage incite à envisager l’avenir – ce qui s’en vient; alors qu’au contraire, l’évaluation classique a souvent tendance à examiner ce qui est déjà passé. Au bout du compte, même si nous avons un plan de suivi, d’évaluation et d’apprentissage à RECODE, ce que nous voulons vraiment, c’est envisager l’avenir pour apprendre à mieux faire notre travail. Pour y arriver, il importe de capter ce que nous voyons et ce que nous apprenons pour nous y adapter, sans cesse.
Pourtant, il faut aussi accepter qu’à l’image de la situation de mon père, les variables incontrôlables sont plus nombreuses que celles que nous pouvons contrôler, et qu’en période de stress, nous avons tendance à miser sur ce qui nous est familier. J’étais stressé – au sujet de mon père et au sujet des résultats de RECODE – et dans les deux cas, mon instinct m’a trompé.
Alors, qu’est-ce que cela implique pour l’avenir? Eh bien, pendant l’été, au moment d’examiner les données de RECODE, je vais m’inspirer sérieusement de ces expériences. Je vais étudier les résultats, mais je vais aussi me rappeler à quel point il est vital de suivre la façon dont nous nous sommes adaptés dans notre travail, pourquoi nous l’avons fait et ce que cela a donné.
Nous voulons – et il faut – que nos évaluations enrichissent l’apprentissage stratégique sur une base continue. Tant dans ma vie professionnelle que personnelle, j’ai la chance d’être entouré d’amis, de parents et de collègues qui me remettent doucement sur la bonne voie et me rappellent qu’en matière d’innovation sociale, le voyage est aussi important que la destination.

Juin 29, 2016 | Étiquettes : , ,