passer le menu principal passer le sous-menu

Les agents de changement canadiens du domaine de l’éducation postsecondaire connaissent du succès

par Danica Straith Directrice, partenariats stratégiques, Ashoka Canada

 
Prenons un moment pour souligner nos victoires collectives!
En octobre dernier, il s’est passé deux choses qui représentent de petites, mais importantes victoires dans le domaine de l’éducation postsecondaire canadien, surtout en ce qui a trait à la création d’une culture d’innovation sociale et de changement.
Numéro 1 : Le Canada a la représentation la plus élevée par nombre de personnes à l’événement Ashoka U Exchange 2018.
L’événement Exchange est un des plus grands rassemblements au monde qui permet de découvrir et de partager les meilleures pratiques d’intégration de l’innovation sociale dans l’éducation supérieure. La semaine dernière, l’équipe d’Ashoka U Exchange a communiqué des statistiques fort intéressantes. Premièrement, le nombre d’inscriptions pour l’événement qui en est à sa huitième édition est passé de 180 l’an dernier à 300 cette année. Cela signifie que le nombre d’agents de changement qui souhaitent prendre part à des conversations, des ateliers et des discussions sur le changement social dans le domaine de l’éducation supérieure a presque doublé en seulement un an.
Deuxièmement, 10 % de ces 300 inscriptions proviennent d’établissements canadiens. À part les États-Unis, aucun autre pays n’approche ce niveau de représentation. Encore plus intéressant : si l’on tient compte du nombre relativement petit d’habitants et d’établissements postsecondaires du pays, le Canada arrive au premier rang en matière de représentation. Cela révèle une proportion élevée d’intrapreneurs travaillant ensemble pour changer un contexte national.
Person's hand holds a red maple leaf up to the sky.
Numéro 2 : Pleins feux sur l’innovation sociale dans la publication canadienne la plus influente en ce qui a trait au palmarès des universités.
La semaine dernière, le magazine Macleans, le système de classement universitaire national pour les étudiants et parents canadiens, a publié sa liste des meilleures universités à vocation générale (comprehensive universities) pour l’année 2018. Cette catégorie du classement reconnaît le travail des établissements où l’on trouve un niveau considérable d’activités de recherche, ainsi qu’une vaste gamme de programmes de premier et deuxième cycles, y compris des programmes professionnels.
L’Université Simon Fraser (SFU) s’est classée au premier rang des universités à vocation générale. Nous la félicitions pour cette reconnaissance bien méritée!
Ce qui est remarquable, c’est le langage utilisé dans l’article. L’auteur a mis l’accent sur la grande force de SFU en matière d’innovation sociale et d’impact social pour justifier sa place dans le haut du classement.
L’article soulignait aussi le travail des chercheurs de SFU et leur grand talent à produire des recherches ayant un impact sur des problèmes mondiaux réels. Il s’agit d’un changement significatif comparativement à l’accent mis plus traditionnellement sur les citations de recherche et les statistiques de publication. L’article mentionnait également la manière dont on salue l’innovation sociale de SFU, ainsi que sa désignation en tant que campus « Ashoka U Changemaker », obtenue grâce à CityStudio Vancouver, que l’on considère comme un excellent modèle d’éducation en innovation sociale. Pour conclure, l’article a mis de l’avant le leadership de l’université en matière de planification durable, de bâtiments écologiques LEED, d’initiatives zéro déchet et d’engagement communautaire.
La reconnaissance du leadership de SFU dans le domaine de l’innovation sociale signifie que celle-ci est prise au sérieux par le système de classement le plus influent au pays et que nos travaux collectifs pénètrent le dialogue public. C’est exactement ce que nous voulons dire lorsque nous parlons de « changer le discours » pour changer le système.
Il y a encore beaucoup à faire pour s’assurer que le système d’éducation supérieure canadien puisse mieux répondre aux besoins éducatifs du XXIe siècle et assurer sa pertinence au sein de la société ainsi qu’un impact social. Cependant, nous pouvons être sûrs que les efforts collectifs des dernières années commencent à porter ses fruits. Il convient donc de féliciter cette communauté croissante d’agents de changement pour leur succès collaboratif : SFU, RECODE et ses titulaires de subventions, l’a communauté des campus Ashoka U, Objectif Avenir RBC et la Fondation J. Armand Bombardier.
Continuons sur cette lancée!
 
Vous aimeriez vous joindre à la délégation canadienne qui participera à l’événement Ashoka U Exchange? La préinscription se déroule jusqu’au 6 novembre.
Vous voulez poursuivre la conversation? N’hésitez pas à écrire à Danica Straith, à dstraith@ashoka.org.

Nov 6, 2017 | Étiquettes :