passer le menu principal passer le sous-menu

L’autochtonisation de la gouvernance universitaire : le Yukon College trace la voie

par Tosh Southwick Vice-président adjoint de l’engagement autochtone et des initiatives de réconciliation des Premières Nations au Yukon College

 
Qu’est-ce que cela veut dire pour un cégep ou une université d’adopter des principes de réconciliation de manière globale? Le Yukon College a voulu tenter de le découvrir au moment où l’établissement est passé d’un cégep à une université en concevant un nouveau modèle de gouvernance qui comprenait l’autochtonisation parmi ses principes fondamentaux.
Yukon College President Karen Barnes stands chatting with three indigenous women
Un des défis pour y arriver était qu’il existe de l’information sur l’autochtonisation dans le secteur postsecondaire, mais seulement relativement à des domaines précis (programmes, curriculum, espace, politiques, etc.). Quant à eux, les renseignements sur l’autochtonisation à l’échelle de l’établissement, ou sur une gouvernance partagée, manquaient cruellement.
Voyant à la fois une lacune et une occasion, le Yukon College a décidé d’animer une conversation. En mars 2018, la direction a réuni 30 personnes, y compris des représentants et représentantes de 15 établissements postsecondaires et de plusieurs Premières Nations de la province. C’est durant cette réunion organisée à Whitehorse que le groupe a partagé, des points de vue, des expériences et des idées pour bâtir un pont entre la gouvernance universitaire et l’autochtonisation.
Le rapport présente des leçons utiles et tangibles pour faire avancer la réconciliation dans le secteur postsecondaire, ainsi que des gestes qui peuvent être posés pour répondre aux appels à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.
Cliquez ici pour lire le rapport sur l’autochtonisation de la gouvernance universitaire

Nov 28, 2018 | Étiquettes : ,